Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Jeune conducteur : découvrez nos conseils pour bien choisir votre contrat d’assurance auto !

Par Posted on 0 Aucun tag 0
Jeune conducteur : découvrez nos conseils pour bien choisir votre contrat d’assurance auto !
5 (100%) 1 vote

Vous êtes un jeune conducteur qui vient de décrocher son permis de conduire et vous êtes prêt à arpenter les rues avec votre première voiture ? N’oubliez pas que vos papiers doivent être complets et en règle. C’est le cas de l’assurance automobile. Celle-ci est souvent coûteuse, surtout durant vos trois premières années de conduite. Dans cet article, vous allez comprendre pourquoi le contrat d’assurance est élevé, mais nous vous donnerons tous les conseils pour pouvoir économiser.

Pourquoi appliquer un tarif élevé pour les jeunes conducteurs ?

La manière de calculer les prix par les assureurs se base avant tout sur le risque. Cela est valable pour tous les types de contrats d’assurance, notamment sur l’assurance auto pour jeune conducteur. Pour ce dernier produit, leur raisonnement est simple : plus vous êtes jeune, plus les risques sont élevés et plus les prix augmentent.

Effectivement, les jeunes conducteurs n’ont pas encore beaucoup d’expérience, d’où leur appellation « conducteurs novices ». Au volant, ils n’ont pas encore les bons réflexes et l’assurance de soi que possèdent déjà les conducteurs plus expérimentés.

En 2015, l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) a annoncé les chiffres suivants : les jeunes âgés de 15 à 29 ans sont impliqués dans 22 % des accidents mortels alors qu’ils représentent 18 % de la population. Et un décès sur cinq se produit quand un conducteur novice est impliqué.

Pour toutes ces raisons, les compagnies d’assurances se voient obliger d’augmenter les coûts relatifs aux contrats des jeunes conducteurs. Le code des assurances appelle cette action « une surprime ». Elle est appliquée à deux catégories de conducteurs : ceux qui ont un permis de moins de 3 ans et ceux qui ont un permis de conduire supérieur à 3 ans, mais qui n’ont jamais souscrit à une assurance auto.

Mais bonne nouvelle. Tant que vous n’êtes pas responsable d’un sinistre, le montant de l’assurance auto diminue de 50 % par an. Ainsi, durant la première année de conduite, la majoration maximale est de 100 %. La deuxième année, elle est de 50 % et lors de la troisième, 25 %. Quant aux conducteurs qui ont choisi la conduite accompagnée, ces taux sont respectivement de 50 %, 25 % et 12,5 %. Ainsi, s’il n’y a pas eu d’accident où le conducteur novice est fautif, la surprime disparaît au bout de 3 ans. Enfin, un système de bonus-malus s’active dès le premier anniversaire du contrat.

Utilisez un comparateur de contrats

Avant toute chose, commencez par rechercher toutes les compagnies d’assurances qui pourraient vous intéresser. Ne vous résignez pas à choisir celle de vos parents ou celle qu’un ami vous a conseillée. Il est vrai que des tarifs préférentiels sont offerts aux membres assurés d’une même famille. Mais le mieux est de toujours se faire une idée par soi-même.

Pour ce faire, demandez plusieurs devis détaillés, faites des comparaisons et choisissez celui qui correspond le mieux à vos besoins et à votre budget. Grâce à un comparateur de prix en ligne, vous pourrez être sûr d’obtenir le meilleur rapport sur le prix, les services et les garanties en seulement quelques clics.

Choisissez bien votre première voiture

Pour avoir un tarif plus bas sur le contrat d’assurance, il faut d’abord savoir choisir sa voiture. Des critères comme la marque, l’âge du véhicule, la puissance fiscale ou le prix d’achat seront évalués par les assureurs et leur permettront de fixer le prix.

La meilleure solution qui s’offre aux jeunes conducteurs est donc d’acheter une voiture d’occasion à moindre coût, mais en bon état. C’est-à-dire un véhicule qui n’a pas besoin de beaucoup de réparations. La voiture devra également avoir une faible puissance pour éviter les accélérations mal contrôlées, les excès de vitesse et donc, les accidents. Préférez aussi une voiture à moteur essence plutôt que diesel, puisque ce dernier nécessite plus d’entretien. Une fois que vous aurez conduit ce genre de véhicule durant 3 ans, vous pourrez changer de voiture et en acquérir une d’un standing supérieur.

Adoptez la conduite accompagnée

Des études ont démontré que les jeunes conducteurs qui ont suivi l’apprentissage anticipé de la conduite (AAC) ou conduite accompagnée auraient 5 fois moins de risques d’accident. Ce mode d’obtention du permis de conduire est de ce fait un critère rassurant pour l’assureur, qui va rendre ce dernier plus indulgent. Le prix du contrat est alors moins élevé avec une réduction de 30 %. Mieux encore, la surprime aussi sera réduite de moitié si vous adoptez l’AAC pour obtenir votre permis.

Quelle assurance pour jeune conducteur ? Comment choisir ?

Ajuster les garanties

Le choix du type d’assurance compte aussi beaucoup dans le calcul du montant. Selon la compagnie d’assurances que vous aurez choisie, demandez à connaître en détail toutes les offres disponibles. Certains assureurs proposent des contrats dédiés aux jeunes conducteurs. Des avantages comme l’accompagnement théorique et pratique, les stages de perfectionnement ou bien la prise en charge des retours en taxi y sont inclus.

Si jamais l’assureur ne propose pas de contrat spécifique, le mieux est de choisir une assurance « au tiers » plutôt qu’une assurance « tous risques ». L’assurance « au tiers » contient toutes les garanties minimales obligatoires pour pouvoir circuler en toute légalité, telle que la garantie responsabilité civile. De plus, son prix est vraiment plus bas même si les franchises sont plus élevées et la couverture est moins large que celle de l’assurance « tous risques ». Si jamais vous n’êtes pas rassuré quant à ce contrat « minimal », il vous suffit de négocier des garanties supplémentaires : assurance vol, bris de glace, incendie, dommages personnels… Celles-ci sont nécessaires pour limiter les surcoûts en cas d’accident.

Soyez responsable

Les accidents ne préviennent pas. Si cela vous arrive et que vous êtes en cause, alors que vous êtes encore dans la catégorie conducteur novice, essayez de faire un règlement à l’amiable avec le propriétaire de la voiture endommagée. Autre solution : prenez en charge les réparations de son véhicule si cette dernière n’est pas trop endommagée. Avec une telle décision, vous éviterez l’application d’un malus et la baisse de la surprime par votre compagnie d’assurances.

Aucun commentaire

Qu'en pensez-vous ? Laissez-nous un commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *